Aux électeurs du Samedi 3 Juin !

« L’organisation et l’acceptation de cette « moralisation de la vie publique » qu’on vous vend, encore, est en fait l’œuvre de ces notables inquiets pour leurs privilèges et prêts à tout pour préserver la sécurité de leurs profits. »

 

Verbatim: Nouveau courrier envoyé aux électeurs le 29 mai 2017.

Chers Français du Canada et des États-Unis

La semaine dernière vous receviez un courriel sur mes principaux engagements en tant qu’élu.

Aujourd’hui je souhaite, d’une manière plus large, vous parler de ce que votre vote du Samedi 3 Juin peut faire non seulement pour vous, ici en Amérique de Nord, mais aussi (et peut être surtout) pour votre famille en France. Car être élu à l’Assemblée Nationale, ce n’est pas simplement voter les lois pour les Français expatriés, c’est voter toutes les lois.

Ainsi donc Samedi, vous désignerez les candidats que vous souhaitez voir au second tour de ces élections législatives. Synthèse de la gauche d’appareil et la droite affairiste, loin des sincères convictions des électeurs le gouvernement Macron (qu’on vous a vendu il y a un mois comme « Jeune, du renouveau, avec des nouvelles têtes ») croit déjà pouvoir compter sur une vaste coalition droite-gauche (avec les mêmes, évidement).

Quelle idée a dominé les Bayrou, les Le Maire, les Juppé, les Hollande etc ? Quelle idée a dicté leurs votes en faveur du désigné vainqueur de la Présidentielle ? Après avoir dit tout le mal qu’ils pensaient de Macron, dans un retournement de veste assez spectaculaire, ils sont soudainement devenus des soutiens carabinés ! Ils n’ont songé qu’à une seule chose : Faire croire aux électeurs qu’on pouvait faire du nouveau qui fonctionne, avec du vieux recyclé qui s’est toujours trompé. Et finalement ôter à la France sa force pour la donner au désordre politique.

Vous avez donc le choix Samedi entre voter pour l’un des nombreux candidats qui donnera, c’est déjà écrit, les pleins pouvoirs à Monsieur Macron selon les consignes de la Commission européenne et autres marionnettistes, ou voter pour un candidat qui se positionne clairement en opposition.

L’organisation et l’acceptation de cette « moralisation de la vie publique » qu’on vous vend, encore, est en fait l’œuvre de ces notables inquiets pour leurs privilèges et prêts à tout pour préserver la sécurité de leurs profits.

Denis Franceskin